Tableau mentor et philosophe

 

Temps de lecture estimé : 9 minutes

 

 

En lisant plusieurs articles sur le mentorat (afin d’écrire celui-ci), je suis tombé souvent sur la même introduction.

« Mentor est un personnage d’Homère qui sera le précepteur de Télémaque fils d’Ulysse durant la guerre de Troie… »

Super… C’est intéressant… Mais nous n’avançons pas.

Donc la bonne question à laquelle il faut répondre c’est : qu’est-ce qu’un mentor ?

Est-ce un Sean Parker pour Mark Zuckerberg ?

Est-ce un Didier Deschamps pour un Kylian Mbappé ?

Ou peut-être un Paul Verlaine pour un Arthur Rimbaud ?

Pour répondre à cette question, il faut déjà comprendre qu’un mentor n’est pas un professeur ou un maître. De la même manière que tu n’es ni son élève ni son esclave.

Si je devais faire une analogie, un mentor est comme une maman oiseau, qui, sans se soucier de ta capacité à voler, va te pousser hors du nid, et va te dire : « Vole dans cette direction. »

Bref, ne t’attends pas à combler un manque affectif ou à te rendre la vie facile juste en trouvant un mentor (souvent, c’est même plus difficile).

Si tu lis cet article, tu dois soit te demander pourquoi trouver un mentor, parce que tu en as entendu parler, mais tu ne vois pas vraiment l’intérêt (ou tu ne sais pas ce que c’est), soit tu te demandes comment trouver un mentor.

Dans les deux cas, je vais répondre à ta question, donc installe-toi, prend un petit café et lis la suite avec attention.

 

Pourquoi avoir un mentor ?

Arbre point d’interrogation

La réponse peut paraître évidente pour certains… Et pourtant, avoir un mentor n’est vraiment pas indispensable à la réussite, contrairement à ce que certains prétendent.

En fait, l’utilité d’un mentor varie en fonction de ton domaine d’activité. Ici, je m’adresse plus aux autodidactes et aux entrepreneurs, donc je vais me concentrer sur ces deux cas de figure.

 

Pourquoi avoir un mentor en tant qu’autodidacte

 

Je le répète, nous pouvons très bien réussir sans mentor. D’ailleurs, moi-même je n’en ai pas, car j’ai toujours tendance à tout vouloir faire seul. C’est mon petit côté Han (solo).

Avoir un mentor dans le cadre de l’autodidaxie reste tout de même très utile, car il pourra t’aiguiller sur la meilleure manière d’apprendre.

Pourra aussi te recadrer sur des préjugés ou des appréhensions que tu pourrais avoir et t’aider à mieux comprendre la façon dont tu fonctionnes grâce à une vision extérieure et plus expérimentée ?

Il te montrera aussi les erreurs à ne pas faire et te mettra en garde contre les plus communes d’entre elles.

Pour cette dernière raison, j’aurais beaucoup aimé avoir un mentor pour éviter de faire du sur place près de deux ans et enfin avancer dans mes projets et dans mes apprentissages.

Et c’est aussi pour cette dernière raison que je pense que la recherche d’un mentor (aussi ardue soit-elle) vaut le coup.

 

Pourquoi avoir un mentor en tant qu’entrepreneur

 

Dans ce cas-ci, avoir un mentor est vraiment très utile. Toujours pas indispensable, mais très utile.

Car, dans le cadre de l’entrepreneuriat, l’expérience est un énorme facteur de réussite. Et c’est souvent ce pour quoi nous recherchons un mentor… Combler notre manque d’expérience.

Une étude réalisée sur un échantillon de 100 entrepreneurs à succès, à montrer qu’en moyenne, ils avaient réussi après 7 échecs. Ce genre d’étude me fait toujours un peu peur…

Mais elle nous apprend deux choses :

La persévérance est la clé de la réussite, et l’expérience et un facteur très important. Sans doute même plus que la chance ou que le travail.

 

De plus, un mentor aura des relations. Et s’il reconnaît ta valeur, ce qu’il fera (nous verrons plus tard pourquoi), il pourra te recommander ou te mettre en contact avec des « collègues ».

Ce genre d’aide est inestimable. Tu connais sans doute l’adage « nous sommes la moyenne des 5 personnes que nous côtoyons le plus ».

Étant d’un naturel plutôt solitaire (et très différent de mon entourage), je pense que ça ne s’applique pas à moi.

(Par contre je pourrais dire que je tends vers la moyenne des 5 personnes qui m’inspirent le plus.)

Cependant, je connais beaucoup de personnes qui sont effectivement, très influencées par leur entourage.

Si tu fais partie de ces personnes, avoir un mentor peut contribuer à la création d’un entourage très bénéfique pour toi.

Le dernier avantage d’avoir un mentor est sans doute son regard expérimenté, extérieur et objectif qu’il pourra avoir sur ton business.

Parfois, ça te blessera dans ton ego, et parfois ça te fera plaisir. Mais dans les deux cas, ça te fera avancer dans la bonne direction.

Enfin, encore faut-il que ce soit un bon mentor…

 

Comment trouver un bon mentor

 

Homme recherche jumelles

 

Qu’est-ce qu’un bon mentor

 

Un bon mentor sera comme une carte à suivre ou des panneaux d’indication. Il t’informe, mais ne t’impose rien. Il te donne simplement une indication.

Cela dit, si tu ne suis jamais les conseils de ton mentor, il ne le restera sans doute pas longtemps. Mais garde à l’esprit qu’un bon mentor n’imposera pas ces décisions.

Il y a quatre erreurs que les gens font souvent en cherchant un mentor :

  • La première est qu’ils choisissent une personne qui s’investit bien trop dans leurs affaires. Garde bien à l’esprit que nous cherchons un mentor, pas un associé ni un bon copain. Si tu te rends compte que ton mentor essaie de combler un manque affectif ou de prendre des décisions à ta place, refuse et coupe les ponts. C’est sans doute un « mentor toxique ».
  • La seconde est de choisir une sorte de gourou ou de maître spirituel à la place d’un mentor. Je vais être clair, David Laroche, Franck Nicolas, Tony Robbins ou dans un autre registre Jean-Marie Corda, ne sont pas des mentors. Ils peuvent le devenir s’ils ont atteint un de tes objectifs. Mais leur influence doit s’arrêter là. Du moins dans le cadre de ton mentorat.
  • La troisième erreur est de chercher un mentor « Universel ». Il est préférable de chercher un mentor pour un domaine précis. De plus, il faut faire attention, car un mentor bénéficiera parfois de : « La loi d’expansion du gourou » qui indique que quand nous donnons des conseils à quelqu’un, il aura toujours tendance à nous en demander d’autres, même dans des domaines différents. En tombant dans ce piège, tu risques de devenir dépendant de ton mentor.
  • La troisième erreur est de choisir un mentor avec une morale et des valeurs trop éloignées des nôtres. Dans un cas comme ça il y a deux issues possibles : soit nous suivons ses conseils au risque de nous heurter à nos valeurs et d’entrer en dissonance cognitive, soit nous ne suivons pas ses conseils et notre travail de recherche n’aura servi à rien. Bien sûr, ça ne concerne que ses valeurs dans le domaine concerné. Peu importe les opinions politiques de notre mentor quand son domaine d’expertise est la discipline par exemple.

De manière générale un bon mentor est quelqu’un qui n’a plus rien à prouver dans le domaine où il te guide. Il a déjà accompli tes objectifs et les siens. Il n’essaie pas d’avoir une quelconque influence sur toi si ce n’est de te faire devenir meilleur.

Cependant, personne n’agit de manière totalement désintéressée. Que ça soit pour satisfaire son égo, sa conscience ou pour des raisons plus matérielles. Mais nous y reviendrons plus tard. Pour l’instant il faut…

 

 

Définir le type de mentor que nous recherchons

 

Avec qui aimerais-tu le plus discuter du sujet qui t’intéresse ? D’après toi, qui serais le plus à même de te conseiller ?

Un mentor ne doit pas nécessairement être l’un de nos modèles. Car souvent, ils sont trop éloignés de notre niveau et ne seront pas à même de nous aiguiller correctement.

Pour prendre un exemple un peu extrême, je me vois mal demander à Elon Musk (mon modèle en tant qu’entrepreneur) des conseils pour gérer mon site internet.

 

Un mentor correspondrait plutôt à quelqu’un qui vient de passer ou qui est sur le point d’atteindre l’un de nos principaux objectifs. Pour reprendre mon exemple Stan Leloup de marketing mania serait bien plus à même de me conseiller. (Stan si tu me lis, écris-moi !)

À toi de te demander maintenant qui serait le plus à même de devenir ton mentor. Fais des recherches et essaie de définir deux ou trois personnalités qui seraient à même de te faire évoluer dans le bon sens (nous verrons juste après comment les contacter).

 

J’aimerais faire un petit point. Il m’arrive parfois, lorsque j’ai un doute sur une méthode à employer ou sur la manière de faire quelque chose que j’aille voir comment Stan Leloup, Antoine BM ou Téophile Eliet ont fait. Idem en termes de marketing quand j’ai un doute, je me tourne du côté de Seth Godin ou Tugan Bara (ne va pas voir si tu es sensible).

Je pense que dans une certaine mesure nous pouvons dire que ces personnes sont mes mentors, pourtant ils ne me connaissent pas (enfin pas que je sache). Je pense même que suivre ces personnes me suffit pour atteindre mes objectifs actuels.

Cependant, si tu souhaites aller plus loin et entrer en contact avec un mentor potentiel, voici comment faire.

 

Les 3 étapes pour créer le lien

 

Boite postale

Étape 1 : définir les envies de son mentor

 

Quelle que soit la personne que tu as choisie pour devenir ton mentor, sache qu’il est possible d’entrer en contact avec elle.

Les seules conditions à remplir sont :

  • Qu’elle soit vivante (à moins que tu possèdes une sorte de pouvoir astral ésotérique),
  • et que tu as quelque chose à lui offrir.

La seconde condition est réalisable avec un peu de travail. Ce dont tu as besoin c’est de trouver ce que ton mentor potentiel veut, ou de ce dont il a besoin.

Certains veulent retrouver l’enthousiasme de leurs débuts, d’autres cherchent déjà des disciples, quand certains veulent encore étendre leur empire… Ceux-là sont les plus faciles à convaincre.

À l’inverse, certains ont des envies et des besoins très différents. C’est à toi de trouver comment tu peux leur apporter ce qu’ils cherchent. Le reste n’est que formalité.

Tu peux demander à ses proches, regarder des interviews, lire sa biographie s’il en a une ou même les livres qu’il a écrits.

Tu devras faire une petite enquête pour passer à l’étape 2 du plan pour entrer en contact avec ton mentor.

 

Étape 2 : entrer en contact avec son mentor

 

Une fois que tu as trouvé quelque chose que ton mentor est susceptible de désirer, tu vas le contacter. Lui directement si possible, et par une voie originale.

Envoie-lui une lettre manuscrite par exemple, va le voir en personne ou demande à un de ses proches de transmettre ton message tel quel. Envoie lui aussi un mail en suivant la structure que je vais te donner.

Tu penses peut-être que celui que tu veux contacter est inatteignable. Dans ce cas, laisse-moi te présenter la théorie des 6 degrés de séparation.

Cette théorie montre qu’avec les moyens dont nous disposons aujourd’hui nous pouvons entrer en contact avec n’importe qui en 4,74 poignées de mains en moyenne.

Bien sûr, plus tu as de relations mieux c’est. De plus, il faut que chacun des « maillons de la chaîne » accepte de te présenter au maillon suivant.

Pour ce faire, je te recommande de lire « comment se faire des amis » de Dale Carnegie qui est le livre de référence en termes de relation sociale.

 

Prend un papier, un stylo et réfléchis à quelle personne tu peux contacter pour entrer en contact avec ton mentor potentiel.

Renseigne-toi auprès de tes proches, mais cela ne devrait pas être vraiment compliqué. Cet article est déjà très long et je ne pense pas avoir besoin de développer la réflexion à avoir outre mesure.

En revanche, laisse-moi te présenter le script du discours que tu devras avoir pour convaincre ton mentor.

 

Script pour créer le premier lien

 

  1. Commence par intéresser directement ton mentor potentiel en lui proposant ce qu’il désire directement (dans l’objet du mail par exemple, ou sur l’enveloppe). « J’aimerais vous offrir ceci… », « Je sais que vous voulez cela et j’aimerais vous permettre de l’obtenir… »
  2. Avec ça, tu auras capté son attention. Ensuite, reformule ta proposition en deal (désavantageux pour toi), en précisant bien pourquoi tu fais ça (gagner sa confiance, devenir son disciple…) Sinon il se demandera où est l’arnaque.
  3. Présente-toi en quelques phrases, sans raconter ta vie pour autant. Et dis-lui pourquoi tu veux que ce soit lui ton mentor (en le complimentant sincèrement). Pas de flatterie vaine ni de superlatif à outrance. Sois net et précis dans tes compliments (1 ou 2 maximum), s’ils sont sincères ils seront très appréciés.
  4. Reformule le deal.
  5. Remercie-le d’avance pour t’avoir accordé du temps et donne-lui ton contact direct. (téléphone, mail et réseaux sociaux).
  6. Attends 2 semaines. Au bout desquelles, relance-le. Après deux nouvelles tentatives, tu peux considérer ça comme un échec et changer de cible.

 

Il y a deux choses très importantes à retenir ici.

La première est le deal désavantageux. Il doit être désavantageux de manière à être impossible à refuser.

Les erreurs à éviter pour ce genre de deal sont :

  1. se tromper sur ce que désire ton mentor potentiel. Auquel cas, il ne t’accordera pas d’attention et tu auras perdu ton temps.
  2. Formuler le deal en se mettant dans une position dominante. En disant par exemple : « Si vous faites ça, je ferai ça… ». Privilégie plutôt une formule du type « Je vous propose ça… accepteriez-vous de me donner un conseil sur… en échange ? »
  3. Éviter de demander un engagement dans la durée lors du premier deal. Demande simplement quelques conseils sur telle ou telle chose au début.

 

Étape 2 : garder une bonne relation

 

Avec ça tu devrais déjà pouvoir entrer en contact avec ton mentor et commencer une relation avec lui.

Pour la suite de ta relation avec lui, voici une liste de conseils pour ne pas ruiner tous tes efforts précédents :

  • Ne pas demander trop de conseils et trop souvent. Commencer petit à petit.
  • Respecter la hiérarchie dans le domaine concerné. Garde bien à l’esprit que si c’est ton mentor, c’est qu’il est meilleur que toi, donc évite de le contredire ou de le reprendre bêtement (tu peux dire que tu n’es pas d’accord avec lui, mais apporte de la nuance et ne sois pas borné).
  • Je l’ai déjà dit plus haut, mais applique ces conseils, car il n’y a rien de plus frustrant que donner des conseils dans le vent.
  • Apporte de la valeur régulièrement aussi. Si à chaque conseil tu te contentes d’un « Merci, au revoir. » Crois-moi, ça ne durera pas bien longtemps. N’hésite pas à apporter une réflexion, un avis ou même donner certains conseils dans d’autre domaine par exemple.

 

Le meilleur type de mentorat est le mentorat réciproque. Si tu peux, essaie de trouver un mentor que tu surpasses largement dans un domaine qui l’intéresse. Ainsi, tu pourras lui proposer des échanges de conseils intéressants et sans peur de ne pas apporter assez de valeur.

 

 

Ma solution pour trouver un mentor facilement

 

Logo discord

 

À la suite de l’écriture de cet article, j’ai décidé de créer un serveur discord sur lequel se rejoindront toutes les personnes passionnées d’autodidaxie et d’entrepreneuriat. Ça sera l’endroit idéal pour les personnes qui cherchent un mentor ou simplement à échanger leurs idées sur ce sujet.

D’ailleurs, si tu veux que je devienne ton mentor (on ne sait jamais), c’est l’endroit où tu auras le plus de facilité à me contacter, car j’y serais régulièrement.

Pour rejoindre le discord, il te suffit de demander à recevoir la formation gratuite. Le lien du discord te sera envoyé en même temps.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.